Syrie: Accord sur l'évacuation de villages et une libération de détenus

Par
Des insurgés syriens et des négociateurs iraniens ont conclu un accord portant sur l'évacuation de milliers d'habitants de deux localités chiites assiégées par les rebelles, dans le nord-ouest de la Syrie, en échange de la libération de plusieurs centaines de détenus des prisons du régime syrien, a-t-on déclaré mardi de source proche de l'opposition.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

AMMAN (Reuters) - Des insurgés syriens et des négociateurs iraniens ont conclu un accord portant sur l'évacuation de milliers d'habitants de deux localités chiites assiégées par les rebelles, dans le nord-ouest de la Syrie, en échange de la libération de plusieurs centaines de détenus des prisons du régime syrien, a-t-on déclaré mardi de source proche de l'opposition.

Les négociateurs de Hayat Tahrir al Cham, coalition insurgée dominée par l'ex-Front al Nosra, et des Gardiens de la Révolution iraniens ont conclu un accord en vertu duquel tous les habitants seront évacués des villages à prédominance chiite d'Al-Foua et de Kefraïa, dans la province d'Idlib.

"Un accord préliminaire a été conclu, mais les discussions se poursuivent", a déclaré un rebelle islamiste au fait de ces négociations secrètes, auxquelles la Turquie a aussi été associée, et qui s'inscrivent dans le droit fil d'un accord intervenu l'an dernier mais jamais intégralement appliqué.

En avril 2017, des milliers d'habitants de ces deux localités chiites avaient déjà été évacués vers des zones sous le contrôle du régime syrien, dans le cadre d'un accord qui avait vu l'évacuation de centaines de sunnites vivant dans les villes rebelles de Madaïa et Zabadani, qui étaient alors assiégées par le Hezbollah, allié chiite libanais du régime de Damas.

Mais l'évacuation des 7.000 habitants restants d'Al-Foua et de Kefraïa, en échange de la libération de 1.500 prisonniers, n'avait jamais eu lieu.

"Plus de 1.500 prisonniers, civils et insurgés, détenus dans les geôles du régime vont être libérés", a-t-on dit à Reuters de source proche de l'opposition, au fait des négociations.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale