Raciste et nationaliste, l’extrême droite accède au Parlement allemand

Par

L’AfD (Alternative pour l’Allemagne) est assurée, ce 24 septembre, d’envoyer des députés au Parlement fédéral. Quelle stratégie et quel personnel politique pour ce parti d’extrême droite ? Rencontre avec un de ses candidats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.-  La feuille de route de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) pour réussir son arrivée fracassante au Bundestag est on ne peut plus claire. Le parti doit « agir de manière politiquement incorrecte, en toute conscience et avec précision », explique le « papier stratégique » diffusé en début d’année aux cadres de cette formation. L’AfD pourrait, à l’occasion des élections fédérales du 24 septembre, devenir le troisième parti d’Allemagne. À l’adresse de ceux qui auraient mal compris, le texte précise que l’AfD « ne doit pas avoir peur de se livrer à des actes de provocation soigneusement préparés ». Et encore : « Plus les vieux partis seront nerveux et réagiront de manière “injuste” à notre égard, mieux cela sera. Plus ils essayeront de stigmatiser l’AfD à cause de ces actions ou ces mots provocants, plus ce sera positif pour le profil de l’AfD. »