Au Cambodge, la dissolution du parti d’opposition marque la fin de la démocratie

Par Pierre Motin

La Cour suprême cambodgienne a prononcé la dissolution du principal parti d’opposition du royaume. À moins d'un an des élections générales de 2018, le gouvernement de Hun Sen a évincé le seul adversaire qui pouvait espérer lui ravir le pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Phnom Penh (Cambodge), correspondance.-  Hun Sen, l'homme fort du Cambodge depuis 1985, l'avait prédit fin octobre. Il était « certain à 99 % » que la Cour suprême, présidée par un de ses proches, prononcerait la dissolution du principal parti d'opposition cambodgien. C'est désormais chose faite. La justice cambodgienne a ordonné jeudi 16 novembre la dissolution du Parti du sauvetage du Cambodge (CNRP), sous l’accusation de « trahison ». Cette décision constitue le point d’orgue d’une campagne de répression de l’opposition amorcée en août.