Hariri et l’Arabie saoudite: les caprices des princes, la tirelire du roi

Par

Le fils du roi Fahd d’Arabie saoudite, le sulfureux prince Abdelaziz ben Fahd, pouvait tout demander à Saad Hariri. Une division « VIP » créée au sein du groupe de BTP de la famille Hariri était chargée des besoins du prince, y compris d’« attirer des femmes sans méfiance » dans sa suite. Un temps donné pour mort en novembre, le prince n’est pas réapparu depuis la purge de Riyad.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Si je ne voyage pas, sachez que j’ai été tué », aurait tweeté le prince Abdelaziz ben Fahd, fils de l’ancien roi Fahd d’Arabie saoudite. C’est Al-Manar, le site officiel du Hezbollah libanais, qui a diffusé ce tweet attribué du prince, le 6 septembre, dans lequel il annonce son intention de « faire [ses] adieux » au roi Salman et « de prendre l’avion ». Le message a été effacé depuis et son compte officiel (@afaaa73) a cessé d’être actif, le 11 septembre.