Pourra-t-on interdire le glyphosate avec le CETA?

Par

Les conséquences de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada seront multiples. L'une d'entre elles concerne l'emploi de l'herbicide glyphosate, pour lequel l'UE a finalement renouvelé en novembre la licence d'exploitation malgré les nombreux avis scientifiques négatifs émis à son encontre.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’occasion de sa visite à Paris le 16 avril, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, s’est transformé en véritable VRP de l’accord de commerce et d’investissement entre l’UE et le Canada. Selon ses propres mots, le CETA « représente l’avenir [d’un] partenariat renforcé [entre la France et le Canada], fondé sur des valeurs ». Le site du mensuel Alternatives économiques revient cette semaine sur cet accord de libre-échange, et surtout sur son impact pour le dossier glyphosate.