Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu vote une enquête sur Gaza

Par
Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a voté vendredi à Genève la création d'une commission d'enquête sur les récentes fusillades à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, qui ont coûté la vie à des dizaines de Palestiniens.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

GENEVE (Reuters) - Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu a voté vendredi à Genève la création d'une commission d'enquête sur les récentes fusillades à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, qui ont coûté la vie à des dizaines de Palestiniens.

Ce vote a suscité les réactions indignées de la représentante israélienne, Aviva Raz Shechter, selon qui le Conseil "a répandu des mensonges sur Israël pendant cinq heures de déclarations ridicules", "atteignant un nouveau sommet dans l'hypocrisie et perdant toute crédibilité".

Le texte a été voté par 29 des 47 Etats membres du Conseil des droits de l'homme mais rejeté par les Etats-Unis et l'Australie. Quatorze pays, dont le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon, se sont abstenus.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a annoncé qu'il rejetait la résolution adoptée à Genève. Pour lui, le but du Conseil "n'est pas de rechercher la vérité mais de remettre en cause le droit d'Israël à se défendre et de diaboliser l'Etat juif".

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al Maliki, a salué l'initiative du Conseil. "La création d'une commission internationale est un pas en avant afin que justice soit rendue au peuple palestinien (...) face aux crimes de guerre israéliens", a-t-il dit.

Depuis le début du mouvement de protestation pour le "droit au retour" lancé le 30 mars à la frontière entre Gaza et Israël, les soldats israéliens ont tué 106 Palestiniens, dont 15 enfants, et fait au moins 3.500 blessés.

A l'ouverture de la réunion de Genève, le haut commissaire de l'Onu pour les droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein, a accusé les Israéliens de "garder en cage dans un bidonville, de leur naissance à leur mort", les près de deux millions d'habitants de la bande de Gaza.

Il a dénoncé les "événements horribles" de cette semaine. "Mettez fin à l'occupation et la violence et l'insécurité disparaîtront en grande partie", a-t-il lancé à l'adresse des Israéliens.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale