Au consulat de France à Beyrouth, les Syriens peinent à obtenir des visas

Par Florence Massena

Les voies légales existent pour faire venir en Europe les réfugiés syriens sans qu'ils risquent de mourir en mer. Encore faut-il pouvoir y accéder. Exemple au consulat de Beyrouth, au Liban, où les visas, notamment humanitaires, sont délivrés au compte-gouttes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban), de notre correspondante.-  Depuis 2011 et le début du conflit en Syrie, la France a accueilli près de 10 000 Syriens sous différents statuts. Certains sont arrivés dans l'Hexagone par leurs propres moyens et y ont demandé l'asile ; les autres, qui n'ont pas les moyens financiers ou refusent de prendre le risque du périple au travers de la Turquie, de la mer Égée et de l'Union européenne (UE), disposent de deux solutions : le dépôt d'une demande de séjour au consulat de France dans les pays voisins ou le programme de réinstallation établi avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).