Bruxelles. La piste mexicaine

Par

À Bruxelles en 1520, le peintre Albrecht Dürer s’enthousiasme pour les pièces du « trésor » envoyé par Hernan Cortés depuis le Nouveau-Mexique. Cinq cents ans plus tard, l’Europe est toujours aux prises avec les mémoires de cette expansion brutale. Cinquième épisode de notre série.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bruxelles (Belgique). Dans les souterrains obscurs du palais de Coudenbergh détruit, un monticule de gravas et de terre, coiffé de grandes dalles grises, attire l’œil. Le sol de l’ancienne salle d’apparat du palais ducal de Bruxelles s’est affaissé à cet endroit, et cette portion témoin a traversé les siècles. Le reste du château, lui, est parti dans un incendie en 1731. C’est dans cette salle, sans doute, qu’Albrecht Dürer, foulant ces dalles de pierre, fut le spectateur d’une exposition sans précédent pour l’époque. Charles Quint y exposa, pendant quelques jours, son trésor mexicain.