La NSA, un aspirateur à renseignements depuis sa création

Par

L'agence américaine de surveillance des communications née dans les années 1950, en pleine guerre froide, semble aujourd’hui capable de tout enregistrer et tout stocker, sans trier et sans se soucier de la légalité. Normal, elle a été créée pour ça.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« La NSA a parfois été critiquée pour son approche du renseignement digne d’un aspirateur, tout particulièrement quand les informations récoltées incluent les conversations et les échanges de citoyens américains. C’est précisément son caractère omnivore – et les attaques par “force brute” auxquelles elle a recours (en essayant toutes les combinaisons possibles pour déchiffrer clés et mots de passe, ndlr) – qui fait de la NSA une machine coûtant des milliards de dollars par an aux planificateurs de la défense américaine. » Cette analyse de la NSA, faite par l’auteur et expert en renseignement Thomas Powers dans les pages de la revue littéraire New York revue of Books (ici), ne date pas d’hier ni même de juin, quand les premiers documents rendus publics par Edward Snowden étaient publiés et révélaient au monde l’ampleur des activités de l’agence de surveillance américaine. Elle date de 1983 !