Bolivie: les angles morts du «prodige Evo Morales»

Par

Au pouvoir depuis 2006, Evo Morales a profondément bouleversé la Bolivie. Mais le premier président indien, qui a vanté les vertus de la Terre Mère, a encouragé l’agro-industrie et n’a pas changé une économie basée sur une exploitation à outrance des ressources naturelles. Explications avec deux spécialistes, Dimitri de Boissieu et Claude Le Gouill.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ne m’abandonnez pas ! », a crié à la foule Evo Morales lors de son dernier meeting de campagne avant l’élection présidentielle de dimanche 20 octobre. L’appel en dit long sur les difficultés inédites du président bolivien, au pouvoir depuis janvier 2006, et qui avait été réélu haut la main et dès le premier tour à deux reprises en 2009 et 2014.