«Quarante ans après la mort de Franco, on commence à ne plus avoir peur en Espagne»

Par

À l'approche des législatives du 20 décembre en Espagne, Mediapart a organisé un débat sur les enjeux mémoriels, omniprésents et ravivés par la crise. Explications avec les universitaires Stéphane Michonneau et Charlotte Vorms.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pendant l'été 2015, Ada Colau, la nouvelle maire « indignée » de Barcelone, a fait retirer le buste de l'ancien roi Juan Carlos de la salle municipale, déclenchant une polémique dans toute l'Espagne. De son côté, Pablo Iglesias, leader de Podemos, publie début décembre un essai plaidant pour une « nouvelle Transition », référence à la Transition ouverte à la mort de Franco en 1975 (jusqu'en 1982). Quant au corps du poète Federico García Lorca, fusillé en 1936 et l'un des symboles des victimes du franquisme, de nouvelles recherches viennent d'être lancées pour tenter de le localiser, après les échecs de 2009 et 2014.