200 familles de djihadistes prises au piège en Syrie, selon l'Onu

Par
Deux cents familles sont prises au piège dans la dernière zone encore contrôlée par le groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie et sont empêchées de partir par les djihadistes, ce qui est assimilable à un crime de guerre, a dit mardi le Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

GENEVE (Reuters) - Deux cents familles sont prises au piège dans la dernière zone encore contrôlée par le groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie et sont empêchées de partir par les djihadistes, ce qui est assimilable à un crime de guerre, a dit mardi le Haut-Commissariat de l'Onu aux droits de l'homme.