Dilma Rousseff: «Les forces néolibérales ont choisi le néofasciste Bolsonaro»

Par

De passage en France, l’ancienne présidente du Brésil, destituée en 2016, repart au combat en voulant construire une campagne internationale pour la libération de Lula, son prédécesseur emprisonné. Et se refuse à tout regard critique sur les treize années de pouvoir du Parti des travailleurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’heure n’est pas à l’introspection, encore moins à l’autocritique et pas même à un « devoir d’inventaire ». C’est au contraire le moment d'un combat déterminé contre Jair Bolsonaro, cet ancien militaire raciste, homophobe, misogyne et nostalgique de la dictature, élu président du Brésil le 28 octobre 2018.