Compstat: quand la police parisienne s'inspire des Etats-Unis

Par

À la préfecture de police de Paris, la politique du chiffre a un nom : Compstat, un outil statistique et de management importé des États-Unis en 2001. Le sociologue Emmanuel Didier a pu observer son fonctionnement des deux côtés de l’Atlantique. Diaporamas et entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À la préfecture de police de Paris, la politique du chiffre a un nom : Compstat. C'est un outil statistique qui permet d’évaluer et de mettre en concurrence les commissaires, arrondissement par arrondissement, secteur par secteur. Compstat (pour « COMPuterized STATistics ») a été importé des États-Unis en 2001 par le préfet Jean-Paul Proust, un homme de gauche, ancien directeur de cabinet du ministre de l’intérieur Jean-Pierre Chevènement*.