Une série d’enlèvements contre rançon inquiète Madagascar

Par

Depuis six mois, le patronat malgache est confronté à la montée en puissance d’une forme de grand banditisme très particulière : le kidnapping contre rançon. Les chefs d’entreprise d’origine indienne sont prioritairement visés. Des complicités au sein des forces de sécurité sont évoquées. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Akyl Cassam Chenai, patron d’une importante société d’import-export dans la ville portuaire malgache de Toamasina, rentrait chez lui à la fin de sa journée de travail lorsqu’il a été victime d’un guet-apens, le 2 février : plusieurs hommes, lourdement armés, se sont saisis de ce Français d’origine indienne et l’ont enlevé. Il a été libéré jeudi 15 février.