Sarkozy, second jour de garde à vue

Par et

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy entame mercredi 21 mars son second jour de garde à vue à Nanterre, dans les locaux de l’Office anticorruption de la police judiciaire. L’ancien ministre de l’intérieur Brice Hortefeux a été entendu mardi sous le statut de « suspect libre ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy, qui confessait il y a peu de temps encore sa fascination pour les dirigeants autoritaires, est aujourd’hui rattrapé par la justice française pour sa proximité passée avec l’un des plus célèbres d’entre eux, Mouammar Kadhafi, longtemps considéré comme le pivot du terrorisme antioccidental. L’ancien président de la République a été placé en garde à vue, mardi 20 mars au matin, par les policiers de l’Office anticorruption (OCLCIFF) de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre de l’affaire dite des financements libyens. Mercredi matin, il a débuté sa seconde journée de garde à vue.