Ayn Rand, maîtresse à penser du candidat républicain à la vice-présidence américaine

Par

Depuis des années, Ayn Rand (1905-1982), romancière et apôtre d’un capitalisme radical, a fait son retour chez les conservateurs aux États-Unis. Son influence est notamment revendiquée par Paul Ryan qui vient d'être choisi par Mitt Romney comme candidat républicain à la vice-présidence. L'historienne Jennifer Burns décrypte cette intellectuelle peu connue en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Paul Ryan est l’invité-surprise de l’été aux Etats-Unis. En le choisissant comme candidat à la vice-présidence à son côté, Mitt Romney a opté pour l’une des personnalités montantes du parti républicain, relativement jeune (42 ans), affable et charismatique, mais aussi extrêmement conservateur. Contrairement à nombre de ses collègues représentants au Congrès qui s’opposent systématiquement à Barack Obama par calcul politique, Ryan a choisi de s’opposer au président démocrate en offrant des contre-propositions budgétaires et législatives. Il est, de ce fait, devenu l’un des principaux architectes de l’idéologie républicaine depuis 2009.