« Des millions de jeunes Afghans ne peuvent pas vivre sous le joug des talibans. Il faut qu’ils sortent »

Par et

Prix Pulitzer en 2012, le photographe afghan Massoud Hossaini a quitté Kaboul in extremis avant l’arrivée des talibans. Réfugié aux Pays-Bas, il lance un cri d’alarme à l’attention des dirigeants occidentaux en faveur de cette génération qui « a grandi avec Internet et la liberté ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Je parle au nom de millions de jeunes Afghans. » Massoud Hossaini, 40 ans, vient d’arriver aux Pays-Bas. Ancien collaborateur d’Associated Press et de l’Agence France-Presse, récompensé par un prestigieux prix Pulitzer en 2012, ce photographe a quitté Kaboul juste avant la prise de pouvoir des talibans. Avec une valise et son appareil photo pour seul bagage.