Europe

Julian Assange aux prises avec les Etats-Unis de Donald Trump et le Royaume-Uni de Boris Johnson

L’audience finale d’extradition du fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis débutera le 24 février. Ses avocats ont obtenu que l’audience dure plusieurs semaines mais le récent triomphe électoral du très conservateur Boris Johnson jette une ombre sur les possibilités de recours de Julian Assange si la justice britannique donne le feu vert à son extradition.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Londres (Grande-Bretagne), de notre correspondante.– Les avocats de Julian Assange ont marqué un point. Jeudi, au cours d’une audience de procédure qui s’est tenue au tribunal de Westminster, la juge britannique Vanessa Baraitser a confirmé que l’audience finale d’extradition durerait plus longtemps que les cinq jours prévus initialement. Lors d’une précédente audience de procédure le mois dernier, la défense avait en effet plaidé pour que l’audience finale s’étale sur plusieurs semaines « étant donné la gravité des faits » dont est accusé le fondateur de WikiLeaks, a rappelé jeudi l’un de ses avocats, Edward Fitzgerald. La juge Baraitser a donné raison à la défense. Le tribunal de Belmarsh – où se déroulera l’audience à partir du 24 février prochain – est libre pour trois semaines, voire quatre si nécessaire, a confirmé hier la magistrate.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Santé
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Gauche(s) — Reportage
par Pauline Graulle
Violences sexuelles
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Libertés publiques
par Joseph Confavreux
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Financement de la vie politique — Enquête
Macron 2017 : l’enquête interdite
Un service du ministère de l’intérieur a alerté, en 2019, sur des prestations de sécurité pendant la campagne présidentielle « vraisemblablement réalisées dans des conditions illégales ». L’affaire, potentiellement embarrassante pour l’Élysée, a été enterrée. Nos révélations.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Blanquer, l’école à la renverse — Reportage
Grève à l’école : « Nous sommes au point de rupture »
Des dizaines de milliers de personnes dans les rues, une forte proportion de grévistes, et une mobilisation qualifiée d’« historique » par ses organisateurs. Jeudi, les personnels des écoles, collèges et lycées ont exprimé leur « ras-le-bol » de Jean-Michel Blanquer.
par Lucie Delaporte, Dan Israel, Khedidja Zerouali et Manuel Sanson
Santé
Variant Omicron : le dernier grand faucheur ?
Apparu après Alpha et Delta, Omicron ne clôturera pas le bal des variants. Mais il pourrait marquer le début de la fin pour les formes graves du Covid-19, estiment plusieurs experts. Voici pourquoi.
par Lise Barnéoud
Climat — Enquête
Le gaz « neutre en carbone », la nouvelle combine de Total
Depuis fin 2020, TotalEnergies communique sur la livraison par cargo de gaz fossile entièrement neutre en carbone. Une vaste opération de « greenwashing » : le gaz provient d’un discret site d’extraction hyperpolluant et les mesures de compensation carbone mises en œuvre par la firme s’avèrent illusoires.
par Mickaël Correia

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik