L'UE hésite sur la constitution de la «blacklist» ukrainienne

Par

Les États membres de l'UE se sont entendus sur le principe des sanctions à l'encontre de Kiev, mais la constitution de la liste des personnes proches du régime qu'elle vise fait débat au sein des 28.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y aura « un nombre très limité » de personnes visées par les sanctions décidées par l'UE jeudi, pour la plupart des « dirigeants des structures répressives », comme le ministre de l'intérieur, ou son service de renseignements, SBU, assure une source diplomatique européenne. Mais la constitution de ces listes pourrait prendre du temps, tant « le débat est grand » entre les 28 sur ce sujet.