Le gouvernement du Venezuela toujours plus répressif pour faire taire ses opposants

Par Jean-Baptiste Mouttet

L'arrestation du maire de Caracas décime encore les rangs de l'opposition dont de nombreuses figures sont aux prises avec la justice. Face aux pénuries et à l'inflation record, le président socialiste, Nicolas Maduro, dénonce régulièrement des tentatives de coup d'État. Depuis la mort d'Hugo Chavez, le pays vit dans l'incertitude et connaît une dérive autoritaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeudi soir, à Caracas, peu après 17 heures, 80 membres des services de renseignement (le Sebin) font irruption dans les bureaux du maire de la capitale, Antonio Ledezma, dans le sud-est de la ville. Des témoins évoquent des coups de feu tirés en l'air. Le responsable de la communication du maire, tout comme son épouse, Mitzy Capriles, assurent qu'il fut frappé alors qu'il résistait. Son avocat, Omar Estacio, témoigne qu'aucun ordre de détention ne fut présenté.