Des «conseillers» occidentaux sur le sol libyen

Par
Londres, Paris et Rome dépêchent des officiers de liaison auprès des rebelles libyens. Si la coalition entend respecter la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU qui interdit l'envoi de troupes au sol, nombre d'observateurs redoutent un enlisement du conflit, pointant du doigt les risques d'un «nouveau Viêtnam».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Enlisement ? Vous avez dit enlisement ?» Dans une tribune publiée dans Le Monde daté du 19 avril, Bernard Henri-Lévy énumérait les raisons qui «(lui) font espérer» une victoire des insurgés libyens. Des propos répétés le lendemain dans une interview téléphonique accordée à la chaîne LCI.