Wiosna, la nouvelle gauche polonaise qui veut «investir dans le bien commun»

Par

Sortie du charbon d’ici à 2035, légalisation de l’IVG pour toutes, séparation de l’Église et de l’État : le programme de Wiosna, le parti de la nouvelle gauche polonaise, décoiffe dans un État gouverné depuis 2015 par la droite ultraconservatrice. Son leader, Robert Biedroń, est devenu le premier maire homosexuel revendiqué du pays. Entretien avec l’un de ses candidats aux européennes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une nouvelle gauche est en train d’émerger en Pologne. Alors que le pays est gouverné depuis 2015 par un parti ultraconservateur et autoritaire, le PiS (« Droit et Justice »), qui a les pleins pouvoirs au Parlement et au Sénat où la gauche ne détient plus un seul siège, la campagne pour les élections européennes rebat les cartes. Autour de Robert Biedroń, ancien militant de la cause LGBT, devenu en 2011 député, puis en 2014 le premier maire homosexuel revendiqué du pays, un parti fait entendre un discours inédit dans le paysage politique polonais, et rencontre un succès fulgurant.