A Budapest, le rétrécissement des libertés s’accentue

Par

Le Parlement hongrois a voté mercredi le « paquet anti-Soros », un ensemble de textes visant à restreindre l’activité des ONG soutenant les réfugiés et financées, dans l’esprit des dirigeants, par le milliardaire George Soros. Des poches de résistance continuent d’exister.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Budapest (Hongrie), envoyée spéciale.– C’est un nouveau coup porté à la démocratie hongroise. Ce mercredi 20 juin à Budapest, le Parlement a voté la loi que Viktor Orbán avait promise tout au long de sa campagne électorale, cet hiver, avant que son parti soit réélu triomphalement en avril à la tête du pays. Cette loi, dite « paquet anti-Soros », vise à limiter l’activité des ONG supposées aider les réfugiés en Hongrie.