La victoire d’Orbán conforte la radicalisation des droites européennes

Par

Le premier ministre hongrois peut rempiler pour un troisième mandat. Ce dimanche 8 avril, son parti, le Fidesz, a remporté une nette victoire aux législatives. Une aubaine pour les droites européennes, de plus en plus nombreuses à assumer un virage anti-migrants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un raz-de-marée pour le Fidesz. Ce dimanche 8 avril, l’« Union civique hongroise » du premier ministre hongrois a remporté plus de 49 % des voix, ce qui lui permet, suivant le système électoral savamment mis au point en 2012, de remporter 133 sièges sur les 199 que compte le parlement à Budapest (selon les projections des médias hongrois, en attente du résultat définitif). Le Fidesz arrive en tête dans l’ensemble des circonscriptions du pays, à l’exception de la capitale, Budapest, où il ne décroche « que » six des 18 sièges de députés.