Afghanistan : le spectre d’un nouveau sanctuaire terroriste

Par

Le retour au pouvoir des talibans suscite des craintes au sein des services de renseignement même si, paradoxalement, le principal risque que cela fait courir en France concerne la menace endogène, déjà existante. État des lieux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2018, au lendemain de la chute du califat de l’État islamique à cheval sur la Syrie et l’Irak, les services de renseignement français considéraient qu’aucun théâtre du djihad n’offrait désormais « les caractéristiques d’un sanctuaire territorial » qui permettrait une relocalisation massive des djihadistes. La prise de Kaboul par les talibans ravive les craintes que l’Afghanistan ne redevienne ce sanctuaire, comme dans les années 1990, pour des groupes terroristes à visée internationale.