Les eurodéputés « choqués » par le piratage de leur messagerie

Par

Plusieurs élus européens plaident pour une véritable « souveraineté numérique » du parlement de Strasbourg, en réaction aux révélations de Mediapart. « Que nous soyons écoutés, et maintenant piratés, cela ne m'a pas vraiment surpris. Ce qui m'inquiète davantage, c'est la facilité avec laquelle quelqu'un a pu faire cela », réagit l'élu écolo français Jean-Jacob Bicep.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après les révélations de Mediapart sur le piratage des messageries au parlement de Strasbourg, qui montre les failles de la sécurité informatique au cœur de l'institution, plusieurs eurodéputés plaidaient jeudi pour relancer un débat jusqu'à présent étouffé : la souveraineté numérique du parlement.

« C'est choquant, mais pas forcément étonnant », juge Sophie In't Veld, une eurodéputée néerlandaise qui suit de près ces questions. « Que nous soyons écoutés, et maintenant piratés, cela ne m'a pas vraiment surpris. Ce qui m'inquiète davantage, c'est la facilité avec laquelle quelqu'un a pu faire cela, réagit l'élu écolo français Jean-Jacob Bicep, qui fait partie de ceux dont la messagerie a été piratée. Comme tout citoyen, nous avons le droit au respect des données personnelles. »