Europe : 1 600 milliards d’euros d’aides pour le secteur financier entre 2008 et 2011

Par

Le volume des aides accordées aux banques a représenté 13% du PIB européen

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le monde bancaire et financier a depuis longtemps oublié l’ampleur des aides mobilisées par les Etats pour le sauver pendant la crise financière. La commission européenne vient opportunément le lui rappeler. Selon un rapport publié ce vendredi 21 décembre, le volume des aides publiques en faveur du secteur financier entre octobre 2008 et le 31 décembre 2011 s’est élevé à 1 616  milliards d'euros, soit 13 % du PIB de l’UE. A titre de comparaison, l’enveloppe budgétaire européenne censée soutenir la croissance dans l’Union ne dépasse pas les 110 milliards d’euros

Ces aides ont pris deux formes, soit un soutien aux trésoreries des banques – celles-ci sont représentées 1 174 milliards d’euros au titre de garanties publiques et autres pour assurer le financement des banques –, soit  des recapitalisations. Les Etats ont dépensé 442 milliards d'euros pour les mesures de recapitalisation et le traitement des actifs dépréciés. « Trois États membres ont bénéficié de près de 60 % de l'ensemble de l'aide utilisée: le Royaume-Uni (19 %), l’Irlande (16 %) et l’Allemagne (16 %)»,  précise l’union européenne.

Enfin, pour éviter un assèchement du crédit, les Etats se sont substitué partiellement aux banques afin de soutenir l’économie réelle. Ils ont accordé des subventions aux entreprises, leur ont consenti des prêts à taux bonifiés et des garanties. Entre décembre 2008 et le 1er octobre 2011, les États membres ont ainsi débloqué 82,9 milliards d'euros dans ce cadre de soutien temporaire à l’économie.

Pour faire bonne mesure, il faudrait encore ajouter les 1.000 milliards d’euros de crédit à taux zéro, accordés par la Banque centrale européenne entre novembre 2011 et mars 2012.  Autant de subventions que les banques souhaitent taire,  préférant mettre l’accent sur les politiques budgétaires laxistes des Etats.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale