En Grèce, le coût social et humain de l'austérité

Par

À quelques jours d'un nouveau vote pour élire le président de la République grecque, sans la moindre remise en cause par le gouvernement des politiques suivies jusqu'à présent, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme fait le point sur la dégradation des droits humains entraînée par quatre ans d'austérité. Son bilan est accablant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est à un désastre économique et social que l'on assiste en Grèce depuis le début de la mise en place des politiques d'austérité, en 2010. Mais les conséquences de ces mesures vont encore au-delà : c'est ce que nous enseigne le dernier rapport de la FIDH, la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, rendu public à Athènes ce jeudi 18 décembre. Elles touchent en effet à la question même des droits de l'homme, qui se sont sensiblement dégradés depuis quatre ans.