Israël: Benny Gantz, l’idiot utile de Netanyahou

Par

En acceptant de constituer un gouvernement d’union avec le premier ministre, l’ancien chef d’état-major a renié ses engagements, trahi ses alliés et ses électeurs et détruit sa propre crédibilité politique. Le tout pour permettre à Netanyahou d’échapper au tribunal qui entend le juger pour corruption, malversation et abus de confiance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Benjamin Netanyahou est-il indéboulonnable ? Seize mois après avoir plongé son pays dans une crise politique sans précédent et provoqué en moins d’un an trois élections législatives infructueuses, le premier ministre israélien a signé lundi avec son ex-rival, l’ancien chef d’état-major Benny Gantz, un accord qui lui permet de conserver le pouvoir. Et probablement – ce qui était son objectif principal – d’échapper à la justice qui l’accuse de corruption, malversation et abus de confiance dans trois dossiers distincts.