«Les gauches latino-américaines conservent des liens forts avec le secteur populaire et les mouvements sociaux»

Depuis une dizaine d'années, l'Amérique latine «rosit» à vue d'œil. L'écrivain Marc Saint-Upéry a suivi cette évolution sur le terrain. De la Colombie au Brésil, du Venezuela à Cuba, de Correa à Morales, il analyse les tendances et dégonfle quelques idées reçues.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Même si Marc Saint-Upéry déteste l'appellation de «spécialiste de l'Amérique latine», son ouvrage Le Rêve de Bolivar – Le défi des gauches sud-américainesdemeure un livre incontournable pour comprendre les évolutions politiques récentes du continent. À l'automne dernier, il a accordé une très longue interview, réalisée par email, à la revue en ligne Article XI, dans laquelle il aborde les différentes problématiques actuelles. Et ce, du bilan contesté d'Hugo Chávez à l'essor du Brésil, en passant par la politique en Colombie ou la condition indienne aujourd'hui. Nous avons trouvé cet entretien passionnant et Article XI nous a autorisés à le reproduire. Le voici donc, en une version un peu raccourcie.