La catastrophe de Tianjin provoque des tensions au sommet du pouvoir

Par

La gestion immédiate de la crise a été extrêmement chaotique, et s'est caractérisée par un vrai raté sur le plan de la communication pour le tandem exécutif chinois, qui fait par ailleurs face à beaucoup d'opposition au sein du Parti.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sept jours. C'est le temps qu'il aura fallu au maire et secrétaire du Parti de Tianjin pour tenir enfin une conférence de presse où il a assumé la responsabilité de la catastrophe industrielle qui a touché sa ville le 12 août et officiellement coûté la vie à 114 personnes dont 53 pompiers. Il aura également fallu quatre jours au premier ministre Li Keqiang pour se rendre sur les lieux de la catastrophe alors que Tianjin se situe à une demi-heure en train de la capitale, et huit jours au président Xi Jinping pour faire un discours déplorant la catastrophe et demandant la condamnation des responsables.