Ukraine: marginalisée, l'ultra-droite tente de se reconvertir dans la guerre

Par

Malgré l'accord de cessez-le-feu entré en vigueur dimanche 15 février, la guerre dans l'est de l'Ukraine se poursuit et oppose depuis bientôt un an les séparatistes pro-russes à l'armée ukrainienne et à des bataillons de volontaires. Ces derniers sont parfois liés à des courants de droite radicale. Mais au niveau politique, l'extrême droite ukrainienne a définitivement perdu la révolution du Maïdan.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S'il y a un courant politique en Ukraine – au-delà de l'effondrement du parti des Régions du président déchu Viktor Ianoukovitch – qui n'a pas réussi son après-Maïdan, c'est bien l'extrême droite. C'est en tout cas la thèse d'Anton Shekhovtsov, chercheur en sciences politiques ukrainien, actuellement rattaché à la University College London. Ce spécialiste des droites ukrainiennes tient par ailleurs un blog en anglais très bien informé sur les liens entre différents partis du continent. Il a notamment révélé les détails et retrouvé les photographies d'une visite en Grèce de l'idéologue du Kremlin, Alexandr Douguine, en avril 2013, sur une invitation de celui qui est aujourd'hui le chef de la diplomatie du gouvernement Syriza : Nikos Kotzias. Mediapart a rencontré Anton Shekhovtsov lors de son passage à Paris (voir sous l'onglet Boîte noire). Entretien.