Jean Wyllys, député brésilien gay: «Je suis parti du pays pour rester en vie»

Par Lea Fauth Et Niklas Franzen

Jean Wyllys, député fédéral au Brésil et figure de la lutte pour la communauté LGBT, a quitté son pays après avoir reçu des menaces de mort. Exilé en Europe, il dénonce les connexions entre le président d’ultra-droite, Jair Bolsonaro, et la violence exercée contre les minorités ethniques et sexuelles : « Nous avons compris que les menaces n’étaient pas une blague, que ce n’était pas qu’une intimidation. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Député fédéral à Rio de Janeiro pour le parti PSOL (Parti socialisme et liberté) et figure de lutte de la communauté LGBT, Jean Wyllys, 44 ans, a quitté son pays après avoir été l’objet de menaces de mort contre lui et sa famille. L’ancien député ne veut pas révéler la ville où il habitera désormais. Invité cette semaine par la fondation Rosa-Luxemburg à Berlin, Wyllys a participé à un colloque dans la capitale allemande, en présence d’environ 600 personnes.