Palestine: le plan Trump miné par l’échec annoncé de la conférence de Bahreïn

Par

Officiellement destiné à réunir les financements du volet économique du plan de paix américain pour le Moyen-Orient, l’atelier de Manama s’annonce comme un fiasco majeur, qui pourrait sonner le glas, au moment où le président américain entre en campagne pour sa réélection, de son projet d’« accord du siècle ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mardi 25 juin s’ouvrira à Manama, capitale du royaume de Bahreïn, la conférence sur la paix au Proche-Orient annoncée depuis un mois par une administration Trump dont la diplomatie est plus illisible et imprévisible que jamais. C’est en effet à moins de 200 kilomètres des côtes de l’Iran, au bord de l’affrontement militaire avec les États-Unis, que Washington et une poignée de représentants des capitales arabes, en majorité hostiles au régime de Téhéran, vont examiner le projet conçu par la Maison Blanche pour mettre un terme au plus vieux conflit de la région.