Une première victoire pour Vincenzo Vecchi, menacé d’extradition

Par

La cour d’appel de Rennes a accepté de demander des éléments complémentaires à la justice italienne avant de se prononcer sur l’extradition de cet italien de 46 ans, réfugié en France depuis huit années après avoir été condamné à 12 ans de prison pour avoir participé aux affrontements lors du G8 de Gênes de 2001. Elle a également ouvert la porte à sa libération conditionnelle sous surveillance électronique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La cour d’appel de Rennes a accordé, vendredi 23 août, une première victoire aux défenseurs de Vincenzo Vecchi, un militant anti-capitaliste italien visé par deux mandats d’arrêt et interpellé le 8 août par la police française.