Iran: les manifestants matés, la répression féroce commence

La plupart des manifestations, qui ont commencé vendredi 15 novembre ont pris fin. Internet a été en grande partie rétabli. Le régime a annoncé que la répression serait terrible et la peine de mort pourrait être appliquée. On estime déjà que 4 000 personnes ont été arrêtées.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Nous sommes vivants. » C’est le premier message que les Iraniens adressent habituellement à leurs proches après un tremblement de terre. Il est devenu celui envoyé par la plupart des internautes iraniens à l’instant où ils retrouvent une connexion. La comparaison n’est pas fortuite : c’est comme si un nouveau séisme avait frappé la République islamique. On le voit dans les vidéos qui commencent à circuler, à présent qu’Internet est rétabli sur une partie du territoire iranien – environ 60 %. « Même s’il n’a pas été prononcé officiellement, cela ressemble à l’état de siège. Les pasdaran [les Gardiens de la révolution, l’armée idéologique du régime] et les bassidji [miliciens] ont pris le contrôle des grandes rues et des carrefours des grandes villes. D’après les images que je reçois, sur l’avenue Vali Asr [l’immense artère qui traverse Téhéran du nord au sud sur 30 km – ndlr], les forces de sécurité sont plus nombreuses que les gens ordinaires », résume Reza Moini, un chercheur et défenseur des droits humains en Iran.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Droite
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Politique — Analyse
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Écologie — Analyse
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Asie
La Chine, le vrai pays de la « cancel culture »
L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping il y a près de dix ans a été marquée par un durcissement du contrôle du débat public en Chine, en particulier sur les réseaux sociaux. Les critiques de la politique « zéro Covid » ou de la guerre déclenchée en Ukraine par l’allié russe viennent d’en faire les frais.
par François Bougon
France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Attentats du 13-Novembre : les grands entretiens — Entretien
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
L’affaire PPDA — Parti pris
L’affaire PPDA, ou tout le chemin qu’il reste à parcourir
L’affaire Patrick Poivre d’Arvor est symptomatique de la culture de l’impunité et de la tolérance sociale qui a longtemps prévalu, notamment dans les entreprises, concernant les comportements sexuels problématiques. Elle est aussi le reflet du chemin qu’il nous reste à parcourir.
par Lénaïg Bredoux et Marine Turchi

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik