Dossier Notre dossier sur les soulèvements populaires dans le monde

Nos principaux reportages, analyses, enquêtes et entretiens publiés depuis le 1er septembre 2019 relatant les révoltes partout dans le monde pour une meilleure justice sociale et plus de démocratie. Les articles sont ici classés par pays et non par ordre chronologique.

«Les manifestations au Chili, en Equateur ou en Bolivie» encouragent les Colombiens

24 novembre 2019. A Bogota, des Colombiens bravent le couvre-feu instauré deux jours plus tôt. © Luisa Gonzalez / Reuters
Fait exceptionnel pour la Colombie, les Colombiens unis de casseroles et de pancartes sont dans la rue pour protester contre le gouvernement du président de droite Ivan Duque. Les manifestations se déroulent à Bogotá, mais aussi à Cali, Medellín ou Barranquilla.

Hong Kong: les réseaux pro-chinois sont fragilisés par la révolte populaire

Asie

Des manifestants pro-chinois à Hong Kong le 1er octobre 2019. © REUTERS/Tyrone Siu
Traditionnellement, les habitants de Hong Kong originaires de la province du Fujian, dans le sud-est de la Chine, restent loyaux envers le Parti communiste chinois. C’est l’un des maillons du Front uni, cette vaste toile tissée par le PCC pour conquérir les cœurs et les esprits. Aujourd’hui, ils se mobilisent contre les militants pro-démocratie.  

Iran: les manifestants matés, la répression féroce commence

International

16 novembre 2019. Sur un pont de Téhéran, des gens protestent contre l’augmentation du prix du carburant. © Nazanin Tabatabaee/Wana (West Asia News Agency) via Reuters
La plupart des manifestations, qui ont commencé vendredi 15 novembre ont pris fin. Internet a été en grande partie rétabli. Le régime a annoncé que la répression serait terrible et la peine de mort pourrait être appliquée. On estime déjà que 4 000 personnes ont été arrêtées.

En proie aux émeutes, Téhéran ne répond plus

Moyen-Orient

Face à l’ampleur des manifestations qui ont suivi l’annonce, vendredi soir, de l’augmentation du prix de l’essence, le régime de Téhéran a coupé Internet. Le mouvement de contestation semble se poursuivre en dépit d’une répression violente. Trois membres des forces de l’ordre auraient été tués, une centaine de banques déjà incendiées. Les gardiens de la révolution se préparent à intervenir.

A Hong Kong, des étudiants prêts «à combattre jusqu’à la fin»

Asie

La police n’exclut pas l’usage de balles réelles pour venir à bout de ces « repaires de criminels », de ces « usines d’armes » que seraient devenues les universités contrôlées par des « émeutiers ».

A Hong Kong, les affiches de la révolte

Mouvement sans leader, la révolte hongkongaise s’organise essentiellement horizontalement sur les réseaux sociaux. Pour mobiliser les habitants, annoncer les futures actions et sensibiliser les étrangers, de nombreuses affiches sont placardées un peu partout dans la ville, renouvelant et modernisant ainsi la tradition de l’affichage politique.

Hong Kong: escalade dans la répression des manifestations

Après dix jours de relative accalmie, Hong Kong vient de connaître un nouveau week-end de manifestations marqué par le retour des affrontements violents. Pour la première fois depuis le début de la contestation, la police a fait ce dimanche massivement usage de canons à eau pour disperser les manifestants. Un premier tir à l'arme à feu contre les contestataires a été effectué par les forces de l'ordre. Le photographe Rémy Soubanère a suivi les affrontements durant tout le week-end.

La droite dure au pouvoir plonge la Bolivie dans la violence

Amérique du Sud

Des partisans de l'ancien président Morales durant des heurts avec la police, vendredi 15 novembre 2019, près de Cochabamba. © REUTERS/Danilo Balderrama
Le nouveau pouvoir bolivien affirme vouloir mener une transition pacifique jusqu’à l’organisation de nouvelles élections, après le départ forcé d’Evo Morales, qui a dénoncé un coup d’État. Mais la police et l’armée ont réprimé férocement les manifestations de ses partisans, provoquant au moins 21 morts.

Révolution du sourire: 9 mois après

Billet de blog

Notes sur la vague révolutionnaire mondiale

Billet de blog

Bolivie: les étapes du coup d’État

Billet de blog

Pour comprendre la crise politique bolivienne

Billet de blog

L'Iran coupé du monde?

Billet de blog

Bolivie: comment Evo est tombé

Billet de blog

Chili: combien d'éborgnés?

Billet de blog

Le jour où je n'ai plus reconnu le bas de ma rue

Billet de blog

Un nouveau printemps des peuples?

Billet de blog

Pour un Chili libéré

Billet de blog

Les réseaux de la colère

Billet de blog

Silence complice sur Haïti: solitude des morts sans importance

Billet de blog

[CLM] S3#5 - Akram Belkaïd - Où va l'Algérie?

Billet de blog

A Hong Kong, la musique n'adoucit pas les mœurs

Billet de blog

Maghrébins unis pour le soutien au peuple algérien!

Billet de blog

Algérie: le fleuve retrouvé?

Billet de blog

Algérie, la soudaine insurrection

Billet de blog

La remarquable lucidité du peuple algérien

Billet de blog

Tous les articles

«Evo Morales est victime de ses contradictions, mais aussi, paradoxalement, de son succès»

Amérique du Sud

Evo Morales, le président bolivien contraint à la démission et qui s’est vu accorder l’asile politique par le Mexique, s’était fait élire en 2006, pour son premier mandat, sur la promesse d’un gouvernement indigéniste et respectueux de l’environnement. Mais il s’en est progressivement éloigné au point de susciter des contestations au sein même de ses anciens alliés. La chercheuse Laetitia Perrier-Bruslé nous explique le projet d’Evo Morales et les résistances qu’il a rencontrées.

En Bolivie, le week-end où tout a basculé

Amérique du Sud

Après trois semaines de manifestations pour dénoncer une fraude électorale, Evo Morales, le chef de l’État bolivien, a cédé face à la pression de la rue et a démissionné de la présidence, le 10 novembre, après plus de treize années au pouvoir. Retour sur une fin de semaine qui a fait basculer l’histoire bolivienne.

En Bolivie, l’opposition se mobilise contre la réélection d’Evo Morales

Amérique du Sud

La Bolivie a enfin pu connaître vendredi les résultats définitifs du vote de la présidentielle : Evo Morales est élu dès le premier tour pour la 4e fois. L’opposition dénonce une élection frauduleuse et appelle à une mobilisation « permanente et pacifique », tandis que l’Organisation des États américains et l’Union européenne réclament un second tour.

Dans un Chili en pleine ébullition, le peuple autochtone des Mapuches fait entendre sa voix

Amérique du Sud

Au milieu des manifestations qui agitent le Chili depuis trois semaines, flotte souvent le drapeau des Mapuches, peuple autochtone en quête d'autonomie et réprimé pendant des décennies. Pour l'ensemble du pays, les couleurs mapuches sont devenues un symbole de résistance. « [Nos] jeunes n’ont plus peur des militaires, ils ont grandi avec », souligne l'un de leurs porte-parole.

Au Chili, le mouvement de contestation s’installe dans la durée

International

Quinze jours après le lancement d’un mouvement de protestation contre l’augmentation du ticket de métro, le pays continue de se mobiliser tous les jours. Les Chiliens tentent de transformer une explosion sociale inattendue en réforme réelle d’une société avide de changement. À Santiago, des groupes informels se constituent pour discuter politique, pendant que des manifestants n’hésitent pas à en découdre avec la police.

Au Chili, «la pauvreté a baissé mais les inégalités se sont aggravées»

Amérique du Sud

La sociologue Emmanuelle Barozet, chercheuse au centre d’études du conflit et de la cohésion sociale à la Faculté de sciences sociales de l’Université du Chili à Santiago, revient pour Mediapart sur le grand récit social et politique de la transition démocratique au Chili, basé sur la promesse de faire baisser la pauvreté.

Au Chili, «la seule solution possible est une assemblée constituante»

Amérique du Sud

Valeria Bustos, présidente d’un comité de quartier à Santiago, témoigne de la crise actuelle au Chili. Engagée il y a peu dans le parti politique Convergencia Social, lancé par des figures des mouvements étudiants de 2006 et 2011, elle évoque l’influence des protestations à l’étranger, notamment celles des « gilets jaunes ».

De l’Espagne au Chili, l’épuisement des transitions «pactées» vers la démocratie

Amérique du Sud

Consenties et négociées par les élites autoritaires, les transitions vers la démocratie ont étouffé des contradictions qui se réveillent aujourd’hui. Instruit par l’expérience espagnole, le clan Pinochet a particulièrement verrouillé le régime chilien, d’où la revendication actuelle d’un changement de Constitution.