Notre dossier sur les soulèvements populaires dans le monde

Nos principaux reportages, analyses, enquêtes et entretiens publiés depuis le 1er septembre 2019 relatant les révoltes partout dans le monde pour une meilleure justice sociale et plus de démocratie. Les articles sont ici classés par pays et non par ordre chronologique.

«Les manifestations au Chili, en Equateur ou en Bolivie» encouragent les Colombiens

Par
24 novembre 2019. A Bogota, des Colombiens bravent le couvre-feu instauré deux jours plus tôt. © Luisa Gonzalez / Reuters 24 novembre 2019. A Bogota, des Colombiens bravent le couvre-feu instauré deux jours plus tôt. © Luisa Gonzalez / Reuters

Fait exceptionnel pour la Colombie, les Colombiens unis de casseroles et de pancartes sont dans la rue pour protester contre le gouvernement du président de droite Ivan Duque. Les manifestations se déroulent à Bogotá, mais aussi à Cali, Medellín ou Barranquilla.

Iran: les manifestants matés, la répression féroce commence

Par
16 novembre 2019. Sur un pont de Téhéran, des gens protestent contre l’augmentation du prix du carburant. © Nazanin Tabatabaee/Wana (West Asia News Agency) via Reuters 16 novembre 2019. Sur un pont de Téhéran, des gens protestent contre l’augmentation du prix du carburant. © Nazanin Tabatabaee/Wana (West Asia News Agency) via Reuters

La plupart des manifestations, qui ont commencé vendredi 15 novembre ont pris fin. Internet a été en grande partie rétabli. Le régime a annoncé que la répression serait terrible et la peine de mort pourrait être appliquée. On estime déjà que 4 000 personnes ont été arrêtées.

En proie aux émeutes, Téhéran ne répond plus

Par

Face à l’ampleur des manifestations qui ont suivi l’annonce, vendredi soir, de l’augmentation du prix de l’essence, le régime de Téhéran a coupé Internet. Le mouvement de contestation semble se poursuivre en dépit d’une répression violente. Trois membres des forces de l’ordre auraient été tués, une centaine de banques déjà incendiées. Les gardiens de la révolution se préparent à intervenir.

Hong Kong: les réseaux pro-chinois sont fragilisés par la révolte populaire

Par
Des manifestants pro-chinois à Hong Kong le 1er octobre 2019. © REUTERS/Tyrone Siu Des manifestants pro-chinois à Hong Kong le 1er octobre 2019. © REUTERS/Tyrone Siu

Traditionnellement, les habitants de Hong Kong originaires de la province du Fujian, dans le sud-est de la Chine, restent loyaux envers le Parti communiste chinois. C’est l’un des maillons du Front uni, cette vaste toile tissée par le PCC pour conquérir les cœurs et les esprits. Aujourd’hui, ils se mobilisent contre les militants pro-démocratie.

 

A Hong Kong, des étudiants prêts «à combattre jusqu’à la fin»

Par

La police n’exclut pas l’usage de balles réelles pour venir à bout de ces « repaires de criminels », de ces « usines d’armes » que seraient devenues les universités contrôlées par des « émeutiers ».

La droite dure au pouvoir plonge la Bolivie dans la violence

Par
Des partisans de l'ancien président Morales durant des heurts avec la police, vendredi 15 novembre 2019, près de Cochabamba. © REUTERS/Danilo Balderrama Des partisans de l'ancien président Morales durant des heurts avec la police, vendredi 15 novembre 2019, près de Cochabamba. © REUTERS/Danilo Balderrama

Le nouveau pouvoir bolivien affirme vouloir mener une transition pacifique jusqu’à l’organisation de nouvelles élections, après le départ forcé d’Evo Morales, qui a dénoncé un coup d’État. Mais la police et l’armée ont réprimé férocement les manifestations de ses partisans, provoquant au moins 21 morts.

«Evo Morales est victime de ses contradictions, mais aussi, paradoxalement, de son succès»

Par

Evo Morales, le président bolivien contraint à la démission et qui s’est vu accorder l’asile politique par le Mexique, s’était fait élire en 2006, pour son premier mandat, sur la promesse d’un gouvernement indigéniste et respectueux de l’environnement. Mais il s’en est progressivement éloigné au point de susciter des contestations au sein même de ses anciens alliés. La chercheuse Laetitia Perrier-Bruslé nous explique le projet d’Evo Morales et les résistances qu’il a rencontrées.

En Bolivie, le week-end où tout a basculé

Par Alice Campaignolle

Après trois semaines de manifestations pour dénoncer une fraude électorale, Evo Morales, le chef de l’État bolivien, a cédé face à la pression de la rue et a démissionné de la présidence, le 10 novembre, après plus de treize années au pouvoir. Retour sur une fin de semaine qui a fait basculer l’histoire bolivienne.

En Bolivie, l’opposition se mobilise contre la réélection d’Evo Morales

Par Alice Campaignolle

La Bolivie a enfin pu connaître vendredi les résultats définitifs du vote de la présidentielle : Evo Morales est élu dès le premier tour pour la 4fois. L’opposition dénonce une élection frauduleuse et appelle à une mobilisation « permanente et pacifique », tandis que l’Organisation des États américains et l’Union européenne réclament un second tour.

Dans un Chili en pleine ébullition, le peuple autochtone des Mapuches fait entendre sa voix

Par
Manifestation de Mapuches le 4 novembre 2019 à Temuco. © JMA Manifestation de Mapuches le 4 novembre 2019 à Temuco. © JMA

Au milieu des manifestations qui agitent le Chili depuis trois semaines, flotte souvent le drapeau des Mapuches, peuple autochtone en quête d'autonomie et réprimé pendant des décennies. Pour l'ensemble du pays, les couleurs mapuches sont devenues un symbole de résistance. « [Nos] jeunes n’ont plus peur des militaires, ils ont grandi avec », souligne l'un de leurs porte-parole.

Au Chili, le mouvement de contestation s’installe dans la durée

Par

Quinze jours après le lancement d’un mouvement de protestation contre l’augmentation du ticket de métro, le pays continue de se mobiliser tous les jours. Les Chiliens tentent de transformer une explosion sociale inattendue en réforme réelle d’une société avide de changement. À Santiago, des groupes informels se constituent pour discuter politique, pendant que des manifestants n’hésitent pas à en découdre avec la police.

Au Chili, «la pauvreté a baissé mais les inégalités se sont aggravées»

Par

La sociologue Emmanuelle Barozet, chercheuse au centre d’études du conflit et de la cohésion sociale à la Faculté de sciences sociales de l’Université du Chili à Santiago, revient pour Mediapart sur le grand récit social et politique de la transition démocratique au Chili, basé sur la promesse de faire baisser la pauvreté.

Au Chili, «la seule solution possible est une assemblée constituante»

Par

Valeria Bustos, présidente d’un comité de quartier à Santiago, témoigne de la crise actuelle au Chili. Engagée il y a peu dans le parti politique Convergencia Social, lancé par des figures des mouvements étudiants de 2006 et 2011, elle évoque l’influence des protestations à l’étranger, notamment celles des « gilets jaunes ».

De l’Espagne au Chili, l’épuisement des transitions «pactées» vers la démocratie

Par

Consenties et négociées par les élites autoritaires, les transitions vers la démocratie ont étouffé des contradictions qui se réveillent aujourd’hui. Instruit par l’expérience espagnole, le clan Pinochet a particulièrement verrouillé le régime chilien, d’où la revendication actuelle d’un changement de Constitution. 

Haïti sombre dans une crise décrite comme «sans précédent»

Par

Des dizaines de morts et des centaines de blessés : depuis trois semaines, une contestation massive a repris contre un pouvoir englouti dans les scandales, la corruption et lié à plusieurs gangs criminels. La population demande le départ du président Jovenel Moïse, soutenu par les États-Unis. Explications avec l’écrivain Gary Victor.

Notre dossier «gilets jaunes»: la révolte des oubliés

Pour la première fois, le gouvernement se trouve confronté à un mouvement citoyen spontané, né à partir des réseaux sociaux. La contestation, au départ contre la hausse des taxes sur le diesel, s’est élargie à bien d’autres sujets.

Derrière la révolte irakienne, il y a aussi une colère contre les ingérences de l’Iran

Par
Des manifestants à Bagdad (Irak), le 7 novembre 2019. © REUTERS/Wissm al-Okili Des manifestants à Bagdad (Irak), le 7 novembre 2019. © REUTERS/Wissm al-Okili

L’Irak est la pièce maîtresse de Téhéran sur l’échiquier stratégique de la région. Mais, en quelques semaines, toute la domination iranienne sur son voisin a chancelé, en raison de la révolte actuelle, qui a déjà fait près de 300 tués et environ 8 000 blessés.

Irak: le cri d’une jeunesse abandonnée

Par
Un manifestant blessé est évacué vers l'hôpital après avoir été blessé, le 5 octobre, à Bagdad, lors d'un défilé anti-gouvernemental. © Reuters Un manifestant blessé est évacué vers l'hôpital après avoir été blessé, le 5 octobre, à Bagdad, lors d'un défilé anti-gouvernemental. © Reuters

Les manifestations continuent dans les villes irakiennes, en dépit d’une répression de plus en violente qui a fait plus de 100 morts et 4 000 blessés. Depuis vendredi, des snipers sont entrés en scène. Pour la première fois, le conflit, qui oppose les jeunes chiites à un gouvernement chiite lui-aussi, n’est plus interconfessionnel.

«L’Irak fusionne enfin dans un souffle révolutionnaire»

Par

Tactiques inédites, affrontements internes au monde chiite, déclin du prisme confessionnel, ampleur de la répression… La chercheuse Loulouwa al-Rachid revient sur les manifestations révolutionnaires qui ébranlent l’Irak depuis plus d’un mois.

Comprendre le soulèvement des peuples

 © Mediapart © Mediapart

Avec nos invités, nous passons en revue les « points chauds » de la contestation démocratique dans le monde. Par-delà les singularités de chaque situation nationale, les citoyens se révoltent contre des États leur assurant de moins en moins de protection et de participation.  

En Algérie, le peuple accroît la pression sur le régime

Par

À la veille d’une date glorieuse pour le peuple algérien – l’anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance en 1954 – et à six semaines d’une présidentielle très contestée, l’Algérie est une Cocotte-Minute. Elle va vivre son trente-septième vendredi consécutif de protestation malgré une répression accrue. 

 

Algérie: l’armée accélère pour imposer sa «solution» à la crise

Par Lofti Barkati

Tout se met en place pour que l’élection présidentielle exigée par le général Gaïd Salah se tienne le 12 décembre. Condamnation de la « bande » Bouteflika, répression accrue des manifestants, commission électorale au travail. Deux candidats du sérail, Benflis et Tebboune, sont déjà les favoris. Les Algériens continuent, eux, à manifester contre la tenue de ce scrutin.

La Casbah d’Alger part en ruines: «L’Etat a tout volé, même l’argent de l’Unesco»

Par Kahina Nour

Condensé des maux et des paralysies de l’Algérie, la Casbah d’Alger, classée patrimoine mondial de l’humanité, n’en finit plus de s’écrouler. Marquée à vif par les traumas du passé – la guerre contre les colons français, la décennie noire –, elle sort de vingt années de bouteflikisme qui ont achevé de paupériser sa population et de ruiner son bâti. 

Au Liban, une mobilisation historique du peuple contre le gouvernement

Par Justine Babin et Nada Maucourant Atallah
Dimanche 20 octobre 2019, sur la place Riad El Solh, au centre-ville de Beyrouth (Liban). © JB Dimanche 20 octobre 2019, sur la place Riad El Solh, au centre-ville de Beyrouth (Liban). © JB

Le Liban connaît des manifestations majeures et inédites après l’instauration d’une nouvelle taxe sur l’utilisation des applications de messagerie. Lundi, le gouvernement a annoncé une série de mesures pour tenter de calmer la contestation populaire.

Liban: Tripoli, la révolutionnaire modèle, fête «la nouvelle victoire du peuple»

Par Justine Babin et Nada Maucourant Atallah

Le mode de mobilisation pacifique et transconfessionnel à Tripoli suscite l’admiration d’une partie des Libanais.

Liban: le premier ministre démissionne, «mais demain on n’est sûr de rien»

Par Nada Maucourant Atallah

Après treize jours de soulèvement populaire demandant la chute du régime, le premier ministre libanais Saad Hariri a présenté sa démission mardi 29 octobre. L’annonce a été accueillie avec joie dans tout le pays même si le Liban entre dans une phase d’incertitude. Le président doit s’exprimer jeudi dans la soirée.

Au Liban, les femmes réclament leurs droits

Par Justine Babin Et Nada Maucourant Atallah

Très actives dans le mouvement de contestation qui secoue le Liban depuis plus de trois semaines, les Libanaises profitent du soulèvement pour demander des lois plus justes et en phase avec leur place dans la société.

Usul. Il est venu le temps de l’insurrection mondiale

Par Usul et Rémi Liechti
 © Reuters © Reuters

Après les « gilets jaunes », voilà que se multiplient dans les manifestations les maquillages du Joker. Les costumes changent mais un certain climat semble s’être durablement installé. Que comprendre de ce qui est train d’arriver au Chili, au Liban et dans pas mal d’autres coins du globe ?

La semaine où le labyrinthe catalan s’est enflammé

Par
Dans les rues de Barcelone, dimanche 20 octobre. © LL Dans les rues de Barcelone, dimanche 20 octobre. © LL

Le verdict de la justice espagnole a plongé les indépendantistes dans un débat sur les impasses de leur stratégie. Partis et organisations redoutent d’être débordés par des activistes plus jeunes et sans leaders. Les législatives compliquent encore l’équation politique.

A Barcelone, l’énigmatique «Tsunami» dynamise les mobilisations en faveur des indépendantistes

Par Fabien Palem

Après la condamnation de neuf anciens dirigeants, les deux grandes associations indépendantistes catalanes appellent à participer ce mercredi aux « Marches de la liberté ». Mais la grande nouveauté de cette vague de mobilisations vient du « Tsunami Democràtic », le mouvement qui a organisé le blocage surprise de l'aéroport.

L’Equateur est dans une impasse économique

Par
Manifestation de liesse à Quito après le retrait du décret 883. © Reuters Manifestation de liesse à Quito après le retrait du décret 883. © Reuters

Même si les révoltés de Quito ont réussi à faire céder le président Moreno sur la fin des subventions sur les produits pétroliers, l’Équateur est enfermé dans sa double logique de dépendance au pétrole et au dollar.

En Equateur, «le FMI est aveugle face aux conséquences» de sa politique

Par

La politique d’austérité menée par Lenín Moreno et inspirée par le FMI pousse les Équatoriens dans la rue. De violentes manifestations ont de nouveau eu lieu mercredi. Pour l’historien Pablo Ospina, le mouvement ne cherche pas à renverser le président, mais à lui faire changer de politique.

L’Equateur en pleine tourmente politique et sociale

Par

La décision du président équatorien, Lenín Moreno, de mettre fin aux aides pour le carburant a déclenché une vague de manifestations. Le chef d’État a fui Quito pour le port de Guayaquil, qu’il a transformé en nouvelle capitale du pays.

Le chômage explose dans une Argentine en crise

Par
Walter Ledesma et Hipólito Suarez campent devant la maison de leur ancien employeur à Mar del Plata. © AS Walter Ledesma et Hipólito Suarez campent devant la maison de leur ancien employeur à Mar del Plata. © AS

Des élections générales ont lieu le 27 octobre en Argentine, qui devraient voir le retour au pouvoir des péronistes. Le président sortant, Mauricio Macri, est accusé d’avoir précipité le pays dans la crise économique et sociale. Reportage à Mar del Plata, grande station balnéaire au taux de chômage record.

En Tunisie, Kaïs Saïed, le prof devenu président grâce aux jeunes

Par et
Kaïs Saïed, nouveau président de la Tunisie. © Reuters Kaïs Saïed, nouveau président de la Tunisie. © Reuters

Élu avec plus de 70 % des voix, Kaïs Saïed, un enseignant en droit constitutionnel à la retraite de 61 ans, est le nouveau président de la Tunisie depuis ce dimanche. Pour de nombreux Tunisiens, sa victoire atypique illustre un tournant dans la transition démocratique.

Dans le nord-ouest de la Tunisie, la tentation du vote antisystème 

Par

À Ghardimaou, non loin de la frontière algérienne, les motifs de mécontentement sont nombreux dans cette région forestière où les infrastructures manquent cruellement. Le premier tour de l’élection présidentielle tunisienne dimanche 15 septembre pourrait être marqué par l’abstention et la montée d’un vote contestataire. Pourtant, au niveau local, neuf ans après la révolution, certains tentent de changer les choses en s’engageant.

En Tunisie, le premier tour de la présidentielle acte «le ras-le-bol général»

Par

Pour le politologue Hasni Abidi, en plaçant au second tour deux hommes dits « antisystème », les Tunisiens expriment « l’échec de la classe politique, des partis traditionnels et de tous les relais au service de l’élite politique, financière et médiatique du pays ». Entretien.

En Tunisie, la révolution des urnes à la loupe

Par

Mediapart reçoit trois chercheures pour décrypter les résultats du premier tour de l’élection présidentielle en Tunisie, véritable révolution des urnes. Deux candidats dits « anti-système » ont été qualifiés : un juriste partisan de la peine de mort, antithèse de l’homme politique, et un magnat accusé de corruption, qui a la particularité de se trouver en prison.

Comme Moubarak, al-Sissi est invité à «dégager» par la colère de la rue égyptienne

Par
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Minsk, le 18 juin 2019. © REUTERS Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Minsk, le 18 juin 2019. © REUTERS

Depuis deux semaines, la police égyptienne réprime avec brutalité les manifestations qui dénoncent la corruption du régime et réclament le départ du maréchal-président. En continuant à le soutenir et à l’armer, avertit Amr Darrag, ancien ministre du gouvernement renversé en 2013, la France piétine ses valeurs morales et compromet ses intérêts dans la région.

En Egypte, le régime réprime la colère contre Sissi

Par

Pour la première fois depuis l’accession au pouvoir du dictateur Al-Sissi, des manifestations et des rassemblements anti-gouvernementaux, réclamant le départ du président, ont eu lieu en Égypte. Aux abois, le régime use de son arme principale, la répression, pour étouffer le mouvement. Plus de 1 400 personnes ont été arrêtées depuis vendredi 20 septembre.

En Egypte, les pauvres sont en première ligne de la contestation

Par

Les 20 et 27 septembre, de jeunes manifestants ont osé défier les forces de sécurité dans toute l’Égypte. La plupart viennent des quartiers populaires ou sont issus de la classe moyenne appauvrie. 

Egypte: «Il y a peu, il semblait impossible de voir des protestations hostiles au président»

Par

Alors que des appels sont lancés pour « une marche du million », le régime égyptien, qui réprime à tour de bras, peut-il étouffer la colère qui monte contre lui ? « L’émergence ou le surgissement d’une crise révolutionnaire est toujours une probabilité, même si dans le contexte actuel cela peut sembler impossible », répond le chercheur Youssef El Chazli.

Les inégalités, trait commun du capitalisme néolibéral

Par

Depuis les années 1970, les inégalités ont explosé pratiquement partout sous l'effet de l'affaiblissement des politiques fiscales redistributives et des réformes structurelles. Petit tour d'horizon de quatre situations nationales :  États-Unis, Chine, France et Suède.

Crises sociales, crises démocratiques, crise du néolibéralisme

Par

Les tensions sociales dans le monde ont un point commun : le rejet des inégalités et de la perte de contrôle démocratique. Le moteur de la contestation pourrait bien être la perte de pertinence face aux défis actuels du néolibéralisme, qui aggrave sa propre crise et ouvre la porte à l’affrontement. 

Tous les articles