Karachi: l'Elysée a commandé une mission secrète en 2008 et 2009

Par et
L'Elysée va avoir du mal à maintenir que l'affaire Karachi «ne concerne en rien» Nicolas Sarkozy. L'ex-n°2 des services secrets français, Alain Juillet, a affirmé au juge Van Ruymbeke avoir été mandaté en juin 2008 par la présidence pour négocier avec l'ancien dirigeant d'une société écran qui menaçait de faire des révélations sur les dessous politico-financiers de grands contrats d'armement. Nous publions l'intégralité (à lire en cliquant ici) de sa déposition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La présidence de la République va avoir de plus en plus de mal à maintenir que l'affaire Karachi «ne concerne en rien» Nicolas Sarkozy. L'ex-n°2 des services secrets français a affirmé la semaine dernière au juge Renaud Van Ruymbeke avoir été mandaté en juin 2008 par l'Elysée pour négocier avec l'ancien dirigeant d'une société écran de la Direction des constructions navales (DCN), qui menaçait de faire des révélations sur les dessous politico-financiers de grands contrats d'armement s'il ne lui était pas versé une indemnité de 8 millions d'euros.