Algérie: la mort du général Gaïd Salah fragilise le nouveau président

Par Lofti Barkati

Le chef d’état-major de l’armée algérienne est mort lundi d’une crise cardiaque. Il était depuis dix mois et le début du soulèvement populaire l’homme fort du régime et sa voix unique. Intronisé il y a seulement quatre jours, le nouveau président Abdelmadjid Tebboune se retrouve un peu plus isolé face à une contestation qui ne faiblit pas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a été celui qui a congédié Abdelaziz Bouteflika, en exigeant sa démission le 2 avril dernier. Il était depuis l’homme fort du régime algérien et sa voix unique face au « hirak », ce soulèvement sans précédent du peuple algérien contre le « système » et pour la démocratie. Le général Gaïd Salah, 79 ans, chef d’état-major de l’armée nationale populaire (ANP) depuis 2004 et vice-ministre de la défense, est mort subitement d’une crise cardiaque lundi 23 décembre.