Au Maroc, Maati Monjib recouvre sa liberté provisoire

Par

L’historien et défenseur des droits humains marocain Maati Monjib a été remis en liberté provisoire après presque trois semaines de grève de la faim et une intense campagne de soutien internationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’historien et défenseur des droits humains marocain Maati Monjib, qui entrait dans son vingtième jour de grève de la faim, a été remis en liberté provisoire mardi 23 mars. Il est apparu visiblement amaigri d’une douzaine de kilos. Un premier soulagement pour son comité de soutien qui dépasse les frontières du Maroc et qui déplore depuis trois mois une détention « abusive » ainsi qu’une justice « inique ».