Algérie: interpellations scandaleuses pour le port de l’emblème amazigh

Ainsi que le rapporte le quotidien francophone algérien El Watan, la police a violemment réagi contre les manifestants qui s’étaient rassemblés vendredi 21 juin dans la capitale et certaines villes du pays. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées, fouillées et parfois violemment embarquées vers les commissariats de la capitale. Avec pour seul motif : port de l’emblème amazigh.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un dispositif sécuritaire, plus renforcé que d’habitude, a été déployé aux entrées de la capitale. Les véhicules sont filtrés et leurs occupants systématiquement fouillés. Nouveauté : la police s’est déployée devant les sièges du RCD et de Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ) au centre d’Alger, dont les adhérents étaient soupçonnés de vouloir déployer des drapeaux amazighs lors de la manifestation hebdomadaire. Des centaines de jeunes ont été conduits dans des commissariats de la capitale, à Bab El Oued, Alger-Centre, 1er Mai…