En Russie, la loi sur les «agents de l'étranger» muselle la société civile

Par

Quatre ans après l’adoption de la loi sur les “agents de l’étranger”, Amnesty International dresse le bilan d’une législation ubuesque. 148 ONG ont été inscrites sur le registre du ministère de la justice russe et leur réputation ruinée ; 27 d’entre elles ont fermé leurs portes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Genève (Suisse), de notre correspondante.- Quatre ans se sont écoulés depuis l’entrée en vigueur, le 21 novembre 2012, de la loi fédérale no 121-FZ, visant à « réguler les activités des organisations non commerciales qui agissent avec la fonction d’agent de l’étranger ». Quatre ans au cours desquels les ONG parmi les plus respectées du pays se sont débattues dans d’indescriptibles tracasseries, 148 ayant été inscrites de force sur le registre du ministère de la justice des « agents de l’étranger », alors que 27 d’entre elles ont été obligées de renoncer à leurs activités ou de les suspendre provisoirement.