A peine investi, Trump est assigné en justice pour ses conflits d’intérêts

Par

Trois jours seulement après l’investiture du 45e président des États-Unis, un groupe d’éminents juristes de Washington assigne Donald Trump en justice pour violation de la Constitution. La raison ? Des paiements provenant d’États étrangers qu’il ne manquera pas de recevoir pendant son mandat, faute d’avoir liquidé son empire immobilier avant d’entrer en fonctions.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.– La guerre a commencé. Trois jours seulement après son investiture, alors que le nouveau président s'acharne contre la presse et rature les acquis de l'ère Obama pour contenter ses électeurs les plus durs, ses opposants fomentent la contre-offensive. Un groupe de juristes éminents de Washington, emmenés par l'ancien conseiller éthique de Barack Obama, Norman Eisen, et Laurence Tribe, un expert respecté du droit constitutionnel, l'assigne en justice pour violation de la Constitution. La raison? Des paiements provenant d'États étrangers qu'il ne manquera pas de recevoir pendant son mandat, faute d'avoir liquidé son empire immobilier avant d'entrer en fonctions.