À la table de Bahram, on trinque à coups d’excellents vins de Bourgogne. Et si les bons crus viennent à manquer en fin de soirée, le vin que Bahram fait lui-même dans le secret de sa salle de bains est buvable, même s’il n’est pas aussi remarquable qu’il le prétend. Pendant les vacances scolaires, cet homme d’affaires septuagénaire, qui habite un quartier richissime du nord de Téhéran, emmène femme et enfants voyager en Europe ou aux États-Unis.