Pourquoi Washington veut asphyxier l’Iran

Par

Plus que la Corée du Nord, c’est Téhéran qui est désigné comme l’ennemi n° 1 par les États-Unis. Fini, la politique tout en souplesse d’Obama. Place à une nouvelle stratégie qui repose sur une volonté de contrer la République islamique en Syrie et de l’asphyxier économiquement.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce 19 novembre, Boukamal (ou Abou Kamal), le dernier grand bastion de l’État islamique en Syrie, près de la frontière irakienne, vient de tomber. Le chef d’orchestre de la bataille, le mythique général iranien Kacem Soleimani, pavoise aussitôt dans la ville. Non sans raison : plus qu’une victoire du régime syrien, c’est celle de Téhéran dont les forces le Hezbollah, les milices chiites irakiennes regroupées au sein de la coalition Hachd Al-Chaabi (Front de la mobilisation), la brigade chiite afghane des Fatimides, et les pasdarans (gardiens de la révolution) iraniens – ont permis la réussite de l’offensive. Non sans mal, puisqu’elle a coûté la vie à un général iranien. Mais le succès militaire est de taille : avec cette conquête, une nouvelle page stratégique s’ouvre pour la République islamique. Désormais, des convois peuvent aller des monts Zagros au plateau du Golan puisque l’Iran, l’Irak, la Syrie et le Liban sont réunis via un long corridor terrestre qui traverse tous ces pays.