Israël: Netanyahou avec un Parlement d’extrême droite mais toujours sans majorité

Par

Pour obtenir une majorité et constituer un gouvernement, le premier ministre israélien va devoir marchander avec le Parlement le plus à droite de l’histoire d’Israël. Où cohabiteront désormais intégristes juifs et intégristes musulmans.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les électeurs israéliens risquent fort de devoir retourner aux urnes dans les prochains mois, pour la cinquième fois en deux ans et demi. C’est l’un des principaux enseignements du scrutin de mardi dernier, conclu, comme prévu, par une victoire du Likoud, le parti de Benjamin Netanyahou. Une victoire, pas un triomphe comme le proclament ses partisans et comme pouvait le laisser espérer au premier ministre une campagne de vaccination massive qui a permis aux Israéliens de sortir du confinement. Mais qui n’a pas été étendue aux Palestiniens occupés… Une victoire difficile à gérer politiquement car, faute de dessiner les contours d’une majorité viable, elle n’a livré que les résultats d’une sorte de référendum – pour ou contre Netanyahou.