En Italie, l’impossible équilibre du Mouvement Cinq Etoiles

Par

Pour la clôture de sa campagne européenne, le Mouvement Cinq Étoiles défend son bilan et tente de faire passer toujours le même message : quelle que soit l’issue du scrutin, cela ne changera rien à son alliance de gouvernement avec la Ligue du Nord.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Palerme (Italie), correspondance. – Une circulation dense encombre la rue Antonio-Pacinotti, au cœur d’un quartier plutôt résidentiel de Palerme. Au loin, un immense drapeau jaune estampillé du logo du Mouvement Cinq Étoiles (M5S) fend l’air moite de cette fin de journée pour indiquer aux sympathisants l’entrée de l’Institut Don Orione. C’est là que se tient le meeting de clôture de campagne d’Ignazio Corrao, député européen pour la circonscription Italie insulaire, soit la Sicile et la Sardaigne, et porte-parole du Mouvement Cinq Étoiles au Parlement européen.