Crise du Golfe: l’ultimatum de l’alliance anti-Qatar

Par

Après avoir rompu leurs relations diplomatiques avec l’émirat gazier, placé sous embargo aérien et maritime, l’Arabie saoudite et ses alliés viennent d’édicter 13 exigences que Doha doit accepter pour mettre fin à la crise. Exigences qui mettraient un terme à la souveraineté du Qatar.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Moins d’un mois après avoir annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusé de « soutien au terrorisme », l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte viennent d’adresser à Doha un véritable ultimatum. Dans un document transmis par l’intermédiaire du médiateur koweïtien, ils dressent une liste de 13 exigences à satisfaire dans les dix jours, pour mettre fin à la crise, sans préciser toutefois ce qu’ils entendent faire si le Qatar n’accepte pas leurs conditions. « Il est plus sage que le Qatar prenne au sérieux les demandes et les préoccupations de ses voisins. Autrement, le divorce sera effectif », s’est contenté de dire, menaçant, le ministre émirati des affaires étrangères, Anwar Gargash, tandis que les Nations unies offraient leur assistance pour tenter de résoudre la crise « par le dialogue ». En vain pour le moment.