Italie: le sauvetage de deux banques montre les limites de l’Union bancaire

Par

Le gouvernement italien a monté en urgence une solution de reprise pour Veneto Banca et Banca popolare di Vicenza. Officiellement, les apparences sont sauves : Intesa Sanpaolo reprend les deux banques. Dans les faits, l’État italien assume tous les risques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le monde de la finance, les nouvelles importantes interviennent toujours le week-end, au moment où tous les marchés sont fermés. Vendredi soir, une fois tous les marchés boursiers clos, l’institution de supervision bancaire, qui dépend de la Banque centrale européenne (BCE), a annoncé la faillite de deux banques régionales italiennes. Veneto Banca et Banca popolare di Vicenza, deux banques régionales de la Vénétie, « sont en faillite ou sont sur le point de l’être, compte tenu que les deux banques ont de façon répétée violé leurs obligations en matière de capital », a indiqué le régulateur bancaire dans un communiqué. « La BCE a donné du temps aux banques pour présenter des plans de recapitalisation, mais celles-ci ont été incapables de présenter des solutions crédibles de poursuite », explique-t-il.